Carrière atypique : comment trouver sa place ?

 
trouver-sa-place

Vous tâtonnez à droite à gauche, vous naviguez des heures sur LinkedIn, vous avez envoyé votre CV à des recruteurs pour voir ce que ça donne, vous faites un peu de réseau. Vous cherchez aveuglément, sans savoir ce que vous cherchez, sans savoir parler de vous. Et vous tournez en rond… Comment trouver enfin sa place quand on a une carrière atypique ?

Les recruteurs ne vous indiqueront pas votre place 

« J’ai montré mon CV à des chasseurs de tête pour savoir ce qu’ils pensent de mon profil »
« Je réponds à des annonces mais les annonces ne me répondent pas »
Notre réflexe est souvent de bourrer notre CV avec une liste d’expériences et compétences. En espérant que les recruteurs pourront y lire quelque chose, un peu comme on ferait avec du marc de café… Le CV n’est pas un support d’information, c’est un support de communication : il faut lui donner un sens, il doit indiquer votre positionnement. Le recruteur regardera (peut-être) votre CV avec en tête la liste des postes pour lesquels il a été mandaté. Mais il ne fera pas le travail de vous repositionner : ce n’est pas son métier. C’est à vous de le faire.

Osez partir de vous !

« J’ai besoin de savoir ce qui intéresse les sociétés pour pouvoir me positionner»
« J’aimerais avoir un mentor pour savoir comment je peux évoluer »
Depuis qu’on est petits, on nous a indiqué le chemin : « Tu devrais faire ça, il y a pas mal d’offres d’emplois dans ce secteur », ou remis dans le chemin : « Tu te prends pour qui ? ». ça, c’est la démarche OUT-> IN. Vous avez fait l’expérience de son inefficacité avec vous. Je ne serais pas étonnée d’apprendre que c’est cela qui vous a amené à sortir du cadre à tout bout de champ ! Abandonnez-la si vous souhaitez donner du sens à votre vie professionnelle et c’est probablement le cas si vous avez une carrière atypique. La démarche IN-> OUT sera beaucoup plus facile à vivre pour vous, mais surtout plus efficace.

Votre motivation vous indique votre place !

 « Je ne veux plus subir. Je veux me connaître pour me reconvertir d’une manière qui ait du sens »
« J’en ai assez d’avoir peur et de courir derrière un objectif dont paradoxalement j’ai de moins en moins envie. »
Olivier est consultant, il ne parvient pas à retrouver du travail. Il veut trouver un emploi stable pour fonder une famille. Il m’explique comment il s’y prend, et je le fais bifurquer sur ce qu’il ferait pour améliorer la vie en entreprise. En 5 minutes, il s’illumine et il m’emballe. Atone au début de l’entretien, il devient particulièrement séduisant. Que s’est-il passé pour qu’il gagne en impact et que je m’y laisse prendre ? Il s’est connecté à ce qui le passionne ! Instinctivement, je cherche dans ma tête à qui, dans mon entourage, je pourrais faire le cadeau de le connecter avec Olivier : sans qu’il s’en aperçoive, il a enclenché une dynamique de réseau.

Construisez votre place, et prenez là !

« J’ai accepté une offre de job à 4/5ème pour concilier le travail sur mon offre d’expert et l’arrivée prochaine d’un enfant. Je prends le job comme une mission.”
Votre légitimité nait de votre envie. Et si l’envie est là, c’est à vous de mettre en place les conditions pour la prendre, cette place. Parce que personne ne va vous la donner. La 1ère étape est de la mettre en mots : vous voir écrire les mots décrivant la place que vous souhaitez prendre, vous entendre les prononcer à voix haute. Toute entreprise a commencé comme ça: il s’agit de créer une vision. Le problème? Vous savez ce que vous ne voulez plus, mais vous ne savez pas ce que vous voulez! il faut aller la chercher loin cette envie, la faire émerger, lui donner l’autorisation de naitre! « J’ai l’impression de fantasmer sur des sujets! » pense-t-on alors! Créer une vision, puis la traduire de manière opérationnelle: c’est un travail d’entrepreneur… C’était plus facile de répliquer à l’infini des modèles! La 2ème étape est d’échanger avec des personnes qui vous tirent par le haut, pour profiter de leur effet miroir. Quand on devient entrepreneur de sa carrière, on est vite soumis à la solitude du dirigeant et à la difficulté de réfléchir seul. Et la 3ème est de construire avec précision votre modèle professionnel en choisissant ce qui va faire la différence pour vous ! Vous pourrez faire évoluer ces repères en fonction des opportunités qui vous font vibrer.

Intégrez votre besoin viscéral de changement 

« Je n’arrive pas à me positionner parce que je n’aime pas figer les choses : j’ai besoin de cette impermanence. »
Les gens en carrière atypique freinent des 4 fers quant il s’agit de se positionner : au fond d’eux-mêmes, ils sont allergiques à l’idée d’avoir une place ! Le changement fait partie de leur ADN et ils sentent qu’ils y perdraient leur âme. Ils se nourrissent de la nouveauté, des rencontres, de défis sans cesse renouvelés. Ils ont besoin d’être en évolution permanente pour utiliser ce précieux talent. Conséquence : le positionnement les frustre, et ils s’arrangent inconsciemment pour ne pas y parvenir… Le problème? Ils transmettent un message illisible à leur entourage : «  Je suis un touche-à-tout », « Je suis multi-potentialiste ». Votre plus précieux atout peut donc devenir votre pire ennemi : Apprenez à maîtriser la Force et à la traduire en une réussite qui évolue avec vous en permanence. Faites de vos défauts, vos leviers de réussite!

Stéphanie Talleux

 
Stéphanie Talleux